Espaces de flux en sous-sol

3 gares du RER A  : Étoile, Auber et Nation (75)

MAÎTRE D’OUVRAGE
RATP

SITUATION
Gares de Etoile, Auber et Nation

ÉQUIPE
BRÈS+MARIOLLE et associés
OTCI

PROGRAMME
Etudes préliminaires de réaménagement des gares du tronçon central du RER A

LAURÉAT DU CONCOURS
MONTANT : 13.4 M € HT
SHON : 7000 m²
LIVRAISON : 2012

 

Problématique

Dans le cadre du renouveau de la ligne A du RER, la RATP a engagé une étude de réaménagement des gares Etoile, Auber et Nation. Ces trois gares réalisées au début des années 1970 s’inscrivent parfaitement dans cette époque de réalisation à grande échelle. La mise en scène des prouesses techniques est illustrée pour chaque gare par la portée des voûtes qui atteint des dimensions jamais atteintes (20 à 25m). Après 40 ans de fonctionnement, ces gares « cathédrales » présentent des dégradations irréversibles et une valeur patrimoniale inégale. Les conséquences en termes de satisfaction des usagers conduisent aujourd’hui la RATP à améliorer de manière significative les espaces voyageurs.

Programme

L’étude a permis d’élaborer des principes de réaménagement à partir d’un diagnostic architectural, fonctionnel et patrimonial de chaque gare. Les propositions d’aménagement ne doivent pas impliquer une modification du gros œuvre

Descriptif

La phase diagnostic s’appuie sur de nombreuses visites sur site, d’entretiens auprès des services de maintenance et d’exploitation et de recherche en archives de documents graphiques. L’analyse s’organise à partir de la typologie suivante, permettant d’effectuer des comparaisons entre les gares :
– les accès,
– les circulations horizontales,
– les circulations verticales,
– les salles d’échanges,
– les quais.

Une sélection de critères a permis d’effectuer une évaluation patrimoniale, technique et fonctionnelle. Ils ont donné lieu à l’édification de radars permettant de visualiser la performance de chaque espace et de déterminer des priorités d’intervention.
Pour Auber, le potentiel de la salle d’échange apparaît clairement dans le radar tandis qu’il révèle un déficit important pour les circulations qui souffrent de dégradations particulièrement visibles.