Vivre durablement les territoires ruraux de demain

Ateliers des territoires en Limousin

MAÎTRE D’OUVRAGE
DREAL Limousin

SITUATIONa
Région Limousin : Creuse (communauté de communes Auzances-Bellegarde), Corrèze (Pays d’Uzèrche), Haute-Vienne (Pays Ouest-Limousin)

ÉQUIPE
BRÈS+MARIOLLE et associés
URBAN-ECO
F. Beaucire, X. Desjardins

 

Problématique

Un certain fatalisme est associé à une représentation figée du « rural ». Toutefois, un réel dynamisme démographique est le plus souvent observé, touchant moins les petites villes que les bourgs et les villages où les processus de renouvellement des populations sont réels.
La dispersion des établissements humains, qui est caractéristique de la géographie de ces espaces héritée du rural, est considérée avec suspicion par une pensée aménagiste qui promeut, pour les villes, la compacité. Or, ces territoires ne peuvent être considérés comme perdus « pour le développement territorial durable » et la définition de leur contribution possible à un développement territorial plus soutenable représente un vrai défi pour l’aménagement. Il introduit de fait des approches méthodologiques originales aussi bien au plan des concepts que des outils qui permettent d’appréhender les caractéristiques des modes dispersés d’occupation de ces territoires en termes de formes bâties et paysagères, de dynamique démographique, de déplacement domicile-travail, d’accès aux équipements et aux services,…
Se préoccuper d’un agencement durable des territoires d’urbanisation dispersée, qu’ils soient ruraux ou périurbains, impose ainsi de les aborder à deux échelles :
• celle, locale, des « agrégats bâtis » de toutes tailles – hameau, village, petite ville – et de leur groupement en « grappes de proximité » définies principalement à partir de l’accès aux services quotidiens et intermédiaires, mais aussi à partir de leur proximité avec les ressources naturelles dans une perspective de transition énergétique ;
• et celle du système territorial auquel ces agrégats et ces grappes appartiennent. Il assure à leurs habitants l’accès aux ressources régionales grâce aux réseaux structurants (voies routières et ferrées) et aux modes alternatifs de déplacement et/ou de rabattement, en même temps qu’il les relie à leur environnement naturel et agricole.

Descriptif

Les Ateliers des territoires ont amené conduit élus, représentants des milieux associatifs et professionnels et services de l’Etat et des Collectivités, à formuler des orientations :
– Conforter l’attractivité des centres-bourgs, en consolidant le regroupement de services et commerces dans les polarités déjà constituées, et en incitant au renouvellement du bâti ;
– Tendre vers l’autosuffisance énergétique en valorisant en particulier la filière « bois-énergie » ;
– Assurer un accès équitable aux commerces et services en encourageant les pratiques de tournées alimentaires et en développant les relais associatifs et les circuits courts ;
– Favoriser l’émergence de nouvelles formes de mobilité (covoiturage, autopartage,…) et d’intermodalité, en tirant notamment parti des nouveaux modes de communication grâce à l’équipement en Internet Haut-Débit des bourgs et des villages.
Des proximités renouvelées dans la distribution spatiale des services et de resserrement dans l’agencement des bâtis : Bourg-Centre et Bourg-Relais
Il s’agit corrélativement de renforcer les dynamiques endogènes en même temps que l’« autoconsommation » sous toutes ses formes à partir de l’exploitation des ressources locales : boucles énergétiques locales et circuits courts alimentaires. L’organisation de l’accès aux services s’appuie sur le maintien ou l’organisation de cette offre à deux niveaux, celui du « bourg-centre » et celui du « bourg-relais ».
Le Bourg-Centre, pôle renforcé, regroupe les services intermédiaires et rares et fédère au sein de la grappe de proximité les Bourgs-Relais qui lui sont reliés par le bus (ligne régulière et/ou transport scolaire mutualisé) ou par un réseau de covoiturage.
Le Bourg-Relais diffuse localement les services « quotidiens » et assure ainsi une offre de proximité accessible depuis les villages par les modes « actifs ». Il met en synergie à l’échelle de la « grappe de proximité » plusieurs objectifs de développement durable : boucle énergétique à l’échelle des équipements communaux et du bâti situé à proximité ; point-relais de mobilités; accès haut-débit à Internet, etc.